- Vendredi 3 décembre, de 20h30 à 22h30, Iffendic (35)
Ciel d'hiver
Pour en savoir plus

- Samedi 11 décembre, de 7h30 à 10h, Maxent (35)
Initiation à la photographie nature

- Samedi 8 janvier, de 9h à 17h, Concoret (56)
Formation : Prendre la parole en public avec aisance

- Lundi 10 janvier, de 19h à 21h, Concoret (56)
Formation : Être employeur

- Samedi 15 janvier, de 9h à 17h, Concoret (56)
Formation : Gestion des conflits

Le CPIE Forêt de Brocéliande
est adhérent du réseau ESS'entiel Ploërmel :

 
 
Centre de ressources pédagogiques

Le CPIE Forêt de Brocéliande est situé en Bretagne, à l'orée du massif forestier, au carrefour de 3 départements : Morbihan, Ille-et-Vilaine, Côtes d'Armor.

Contact :

26, place du Pâtis Vert
56430 CONCORET
02 97 22 74 62
la-soett@wanadoo.fr

Agréments :
- J&S : n°56-043032
- E. N. : n°56-50

  • Lande mésophile haute à ajoncs et agrostides à feuilles de soie :

Dominée par les ajoncs d'Europe et les ajoncs nains, la strate arbustive, pouvant atteindre plus de 2 mètres de haut, représente un fourré quasi-impénétrable. L'agrostides à feuilles de soie exploite la majorité de la strate herbacée.

De par leurs caractéristiques écologiques, ces espèces démontrent le caractère mésophile de la zone, caractère justifié par la présence d'un sol à affleurements schisteux qui évolue vers un sol plus profond et plus humide en bas de pente (où se sont installés des saules cendrés.

La présence de la bruyère cendrée laisse supposer que cette zone était une ancienne lande mésophile qui a évolué vers une lande à ajoncs suite à la formation progressive du sol.

  • Taillis tourbeux à bouleau poilu et saule cendré :

Cette formation végétale est dominée par le bouleau poilu et le saule. Cette strate arbustive, d'environ 5 mètres de haut, se développe sur un sol humide tourbeux à sphaignes de section. Situé en contrebas de la prise d'eau (petite mare), cette zone est constamment alimentée en eau. L'eau, oligotrophique, s'écoule régulièrement, entretenant le processus de formation de la tourbe. On peut noter la présence de nombreuses mares permanentes où se développent les potamots. Les eaux de ruissellement provoquent la formation de touradons de molinie bleue, accomodat aquatique provoqué par un développement vertical de cette graminée. La forte humidité du secteur laisse entrevoir de nombreuses buttes à sphaigne qui se succèdent verticalement parmi les touradons de molinie. Le fort ombrage et l'important embroussaillement s'oppose au développement adéquat des sphaignes et ne peut favoriser l'installation de plantes d'intérêt patrimonial.

  • Prairie méso-hygrophile à fougère aigle et molinie bleue :

Cette unité de végétation, d'une hauteur de 40 à 50 cm de haut, est codominée par la fougère aigle et la molinie bleue. La fougère aigle est une espèce à croissance clonale qui tend à occuper et dominer rapidement l'espace. La moline se retrouve dans les stations plus humides de la zone où la fougère aigle présente plus de difficultés à se développer.

Ces 2 espèces sont très compétitives et tendent à fermer la strate herbacée, étouffant ainsi les sphaignes.

  • Saussaie humide à saule cendré :

La strate arbustive très dense, d'environ 6 mètres de haut, favorise le développement d'espèces aimant l'ombre, comme le blechnum, le dryoptéris dilaté et l'osmonde. Par ailleurs, les clairières de la canopée permettent le développement de quelques coussinets de sphaignes et de joncs.

  • Lande méso-xérophile à callune et ajonc d'Europe :

Cette unité de végétation présente une strate de 40 à 50 cm composée principalement de callune et d'ajonc d'Europe. La molinie bleue confère une physionomie herbacée au secteur. Cette formation végétale demeure, sur le site d'étude, le seul secteur à tendance sèche où les 3 Ericacées sont visibles :

- la bruyère cendrée , bruyère la plus adaptée à la sécheresse car elle se supporte pas une inondation prolongée ;
- la bruyère ciliée supportant les sols mésophiles ;
- la callune, espèce à très large amplitude écologique ;

Avec un embroussaillement fort, cette lande à Ericacées a fortement diminué au profit de la lande à callune et à ajonc d'Europe et d'un stade forestier pionnier composé de bouleaux et de pins.

  • Biotopes à sphaignes :

Localisée dans la pente d'une lande humide, dans une dépression, cette formation est une zone tourbeuse pionnière composée de scirpes, de laîches et de rossolis à feuilles rondes. Cette formation végétale est relativement proche d'un habitat prioritaire de la Directive Habitat de l'Union Européenne. En marge de cette zone, les espèces de lande humide comme la bruyère à quatre angles et la bruyère ciliée demeurent présentes.

  • Lande méso-hygrophile à bruyère à quatre angles et bruyère ciliée :

Ce type de lande, habitat communautaire prioritaire de la Directive Habitat de l'Union Européenne, est relativement fréquent en Bretagne occidentale du fait de la géologie et du climat. La végétation est marquée par les 3 Ericacées tolérant bien l'humidité :

- la bruyère à quatre angles ;
- la bruyère ciliée ;
- la callune ;

Toutes trois sont dispersées dans une strate herbacée dominée par la molinie bleue.

  • Bétulaie fermée à bouleau poilu et molinie bleue :

Cette formation végétale arbustive à arborescente faiblement dense, pouvant atteindre 8 mètres de haut, est nettement dominée par le bouleau poilu. La strate herbacée, dominée par la molinie, accueille également de nombreuses espèces de lande mésophile : bruyère ciliée, callune, ajoncs nains et d'Europe. Le caractère mésophile du sol est d'autant plus souligné par la présence de la fougère aigle.

  • Taillis tourbeux à bouleau poilu et saule cendré :

Ce taillis, très dense d'environ 4 mètres, est composé de bouleau poilu et de saule cendré. Parmi les suintements oligo à mésotrophes éparses se développent des touradons de molinie qui étouffent les rares buttes à sphaignes relativement évoluées. La strate herbacée présente des espèces floristiques remarquables comme la narthécie, la laîche échinée et la linaigrette à feuilles étroites. Le sol humide est majoritairement tourbeux.

  • Chênaie arborescente à chênes rouvre et pédonculé :

Strate arborescente dense, d'une hauteur oscillant de 11 à 15 mètres. Selon la proximité du ruisseau et le degré hydrique du sol, le chêne pédonculé (essence appréciant plutôt les sols humides) alterne avec le chêne rouvre (essence supportant les sols plus secs). Quant à la strate arbustive, elle est dominée par les ronces et d'autres espèces forestières comme l'aubépine ou le merisier. La strate herbacée est peu développée du fait de la faible pénétration lumineuse : il y a alors co-dominance des fougères et de la molinie.Lorsque le sol est plus humide, on observe la présence du gaillet gratteron.

  • Lande mésophile à ajoncs d'Europe, callune et molinie bleue :

Cette lande haute marque la co-dominance de la callune et de l'ajonc d'Europe, cette dernière espèce confirmant le caractère mésophile du sol déduit des observations de terrain. La molinie domine la strate herbacée sur la fougère aigle qui a encore peu colonisé ce secteur.

  • Pineraie arborescente dense à pins maritimes :

Le pin maritime est une espèce frugale, tolérant la pauvreté minérale, qui s'accomode de sols humides, compactes et peu profonds. Les pins de cette formation sont âgés, de 30 à 40 ans en moyenne, avec une taille de 9 à 12 mètres.

Le couvert herbacé, dominé par la molinie et la fougère aigle, demeure peu diversifié. En effet, l'important ombrage des pins et la présence d'humus provoquée par la lente décomposition des aiguilles favorisent les espèces d'ombre et de sols acides (comme le blechnum).

Le type de sol est mésophile à humide. Sur sol humide, des mares se créent, où se développent sphaignes et joncs.

  • Pineraie arborescente clairsemée à couvert :

Strate arborescente de pins maritimes relativement ouverte d'une hauteur de 10 à 12 mètres. La strate herbacée est marquée par la co-dominance de la molinie bleue dans les endroits humides et de la fougère aigle dans les stations plus mésophiles. La présence d'espèces de lande telles que la bruyère à quatre angles et la bruyère ciliée indique l'existance d'anciennes landes humides à bruyères.

L'humidité du sol favorise la formation de mares dans lesquelles se développent sphaignes et joncs.

Les écoulements d'eau, ainsi que les petites mares permanentes et temporairessont nombreux. Malgré le mauvais état de conservation de ces zones, il existe 2 micro-stations à plantes d'intérêt patrimonial : l'une abrite la grassette du portugal, l'autre accueille la linaigrette à feuilles étroites.

  • Prise d'eau (petit étang) :

Avant la mise en place des forages et les puits, il y a environ ans, cet étang servait à la distribution en eau potable. D'une profondeur approximative de mètres, ce bassin est recouvert par des radeaux d'algues filamenteuses. Les bords de cet étang artificiel présentent de nombreux groupements aquatiques à potamots, à millepertuit et à sphaignes.

  • Prairie permanente :

Surfaces pâturées de façon intensive et composées en majorité de Poacées comme l'houlque et l'agrostide à stolon.

  • Prairie temporaire :

Correspondant à des surfaces de jachères.

  • Terrain de moto-cross :

Le sol est majoritairement dénudé et les pelouses restantes sont traitées chimiquement. Cependant, 3 pieds de narcisse des poètes se développent sur les fossés de ce terrain (à savoir si cette espèce n'est pas une échappée de jardin car elle demeure très rare en Bretagne).

  • Verger :

Cette zone agricole est couverte de pommiers à hautes tiges. La strate herbacée est dominée par les Poacées.

  • Stations de prélèvement d'eau potable :

Sur ces secteurs se développent des prairies méso à méso-hygrophiles qui sont régulièrement fauchées.

 

 

[Qui sommes nous ?] [Projets - études] [Scolaires] [Animation, sorties] [Loisirs, vacances] [Formations] [Hébergement de groupes ] [Adhérer au CPIE]

Dernière modification du site : 29 Novembre, 2021

Ce site a été réalisé grâce au soutien du programme

Site hébergé par : Wanadoo France - 48 ave Camille Desmoulins - 92791 Issy-les-Moulineaux cedex 9

10 juin, 2016